La problématique de la gestion de l’emballage dans la logistique e-commerce


Le commerce en ligne est responsable d’un flux considérable d’emballages, utilisés pour protéger les produits lors du transport, faciliter la manutention, faire office de support de communication, etc. Mais à l’heure de la réduction des déchets, la RSE et la e-logistique semblent intrinsèquement liées, aussi bien pour répondre aux problématiques environnementales que pour respecter les besoins de l’ensemble des parties prenantes (clients, fournisseurs, partenaires, etc.).

Les pratiques RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) sont donc aujourd’hui très axées sur la gestion des emballages, de sorte que ces derniers aient un impact minime sur notre environnement. Pourquoi est-ce aussi important et quelles actions les entreprises mettent-elles en place pour y parvenir ? Vous trouverez les réponses à ces questions dans les lignes qui suivent, ainsi que quelques pistes pour vous aider dans votre propre démarche de développement durable.

Logistique RSE et emballage durable

Les difficultés posées par les emballages dans le secteur du commerce en ligne

En constante croissance, les ventes en ligne ont atteint plus de 100 milliards d’euros en 2020. Pour chaque transaction supplémentaire, c’est un emballage de plus qui doit être utilisé. Conséquences : il faut faire tourner les usines de production d’emballages à plein régime et extraire toujours plus de matières premières. L’impact environnemental est donc direct. Mais la croissance du nombre d’emballages est aussi problématique une fois les produits livrés, car ils deviennent des déchets qui ne sont pas toujours valorisésSelon une étude menée par l’entreprise Citeo, ce sont 8 % des Français ayant effectué une commande sur Internet qui ne déposent pas leurs emballages dans le bac de tri. Ce chiffre paraît peu conséquent, mais sur la quantité de transactions effectuées, cela peut représenter plusieurs tonnes de cartons et autres matériaux qui ne seront pas recyclés comme il se doit.

Pourtant, selon cette même étude, il semblerait que la plupart des e-consommateurs soient demandeurs d’emballages plus favorables sur le plan écologique. 85 % des participants ont affirmé qu’il était important qu’un emballage puisse être réutilisé et 89 % estiment qu’un emballage de colis doit être recyclable. Mais dans le même temps, c’est surtout la qualité de l’emballage et le fait de recevoir un colis en parfait état qui prime : une autre étude montre en effet que plus de 60 % des acheteurs en ligne ne commanderaient plus auprès de l’entreprise, ou demanderaient un remboursement, si les articles commandés n’arrivaient pas en bon état.

Logistique RSE et colis réutilisable

Les solutions envisagées par les entreprises pour relever les défis de l’emballage

Les responsables logistiques font donc face à des défis de taille, afin de pouvoir réduire l’impact négatif de l’emballage sur l’environnement, tout en offrant satisfaction aux consommateurs qui veulent à la fois profiter d’un service de qualité et constater l’engagement écologique des marques. C’est pour cette raison que depuis plusieurs années, les entreprises ont dû revoir leur façon de gérer les emballages et innover au sein de leur chaîne logistique.

Réduire la taille des emballages

La ” chasse au vide ” est l’une des préoccupations majeures depuis maintenant quelques années, et pour cause, puisqu’il y a en moyenne 50 % de vide dans les colis envoyés suite à des commandes effectuées en ligne par les clients. Cela signifie que la quantité d’emballage pourrait être significativement réduite, à la fois pour minimiser les matières premières utilisées et la quantité de déchets, mais aussi pour optimiser le transport des produits.

Pour remédier à ce problème, nombre d’entreprises ont revu leur Supply Chain, afin de réussir à emballer chaque article en fonction de sa taille. Cela passe par exemple par l’investissement dans des machines de conditionnement intelligentes, qui adaptent automatiquement la taille de l’emballage à celle du produit pour une performance optimale.

L’utilisation de pochettes ou d’enveloppes matelassées à la place de grands cartons est aussi une solution de plus en plus envisagée pour l’envoi de colis de petite taille, par exemple sur le marché des composants électroniques, des livres, des bijoux, etc.

Proposer des paquets recyclables et/ou recyclés

Même si le plastique ne représente qu’une petite part de la composition des emballages dans le secteur du e-commerce (20 % environ), il n’en reste pas moins un matériau difficile (voire impossible) à recycler. Sans compter les autres petits éléments d’emballage comme le scotch, les étiquettes, etc., qui finissent tout simplement à la poubelle et ne s’intègrent absolument pas dans l’économie circulaire.

C’est pourquoi les entreprises cherchent de plus en plus à utiliser des emballages eco-friendly, issus du recyclage, qui seront également faciles à recycler. Pour certifier leurs emballages et rassurer les consommateurs, elles peuvent chercher à les faire valider via des labels français ou européens, tels qu’Ecocert, FSC, le logo Mà¶bius, etc.

Le traditionnel carton fait bien entendu partie de ces matériaux intéressants, d’autant que la grande majorité des consommateurs savent où le jeter pour qu’il parvienne à terme à un centre de recyclage.

Le défi se situe aussi au niveau des produits de calage destinés à assurer la protection des produits lors de la manutention en entrepôt et de la livraison. La frisure de bois, le papier kraft et le carton ondulé remplacent peu à peu la mousse ou les particules de calage fabriquées à partir de matières synthétiques. 

Opter pour des emballages plus durables

Une autre démarche environnementale adoptée par certaines entreprises est de miser sur des emballages réutilisables. Ni jetés à la poubelle ” classique ” ni envoyés vers des centres de tri, ils ont pour vocation d’avoir une deuxième vie après avoir servi de conditionnement au produit. Ce travail sur la conception des emballages favorise l’économie circulaire et incite les marques à faire preuve de créativité. Certains ont par exemple créé des emballages qui se transforment en jouets, qui font office de boîte de rangement, qui deviennent des cintres, etc.

Sans pour autant devenir de nouveaux objets à part entière, les emballages sont aussi parfois conçus de sorte à pouvoir être facilement réutilisés. Quand on sait que le taux de retour des achats en ligne atteint jusqu’à 25 % dans certains secteurs d’activité, il paraît en effet judicieux de proposer des cartons qui seront faciles à réutiliser pour renvoyer un produit qui ne donne pas satisfaction. La présence d’un système d’ouverture et de fermeture qui n’endommage pas le carton est un exemple des pratiques adoptées par les fabricants pour rendre leurs emballages réutilisables.

On peut également citer certaines entreprises qui ont décidé de proposer la livraison de leurs colis dans des emballages durables consignés. En faisant participer financièrement le client et en lui remboursant la caution, ou en lui faisant parvenir un bon d’achat en échange du retour de l’emballage, ce dernier a plus de chances d’être réutilisé à de nombreuses reprises. Ce type de pratiques n’est cependant pas encore très répandu, car cela implique de vrais changements au niveau de la Supply Chain et une gestion différente des coûts, difficilement applicables à toutes les activités de commerce en ligne. La question du transport des colis à vide lors de leur retour fait également partie des enjeux à prendre en considération, afin d’entamer une véritable démarche de développement durable.

Vous en saurez plus en lisant ceci :

Une question précise ?

Prenez rendez-vous avec l'un·e des expert·e·s Ezytail.